Proactif et passionné, le JRE Logan Laug a poursuivi son activité pendant le confinement ! - Promocash

Proactif et passionné, le JRE Logan Laug a poursuivi son activité pendant le confinement !

 

Logan est un passionné, alors quand le confinement a débuté, il était hors de question pour lui de ne pas continuer à travailler. Une semaine avant Pâques, il décide de se lancer : puisque les clients ne peuvent plus manger en salle, il fera de la vente à emporter et des livraisons.

 

Vous proposiez déjà de la vente à emporter avant le confinement ?

Oui, nous disposions d’un service de traiteur, notamment à destination des entreprises de la région, avec des plats sous vides, dans des bocaux, à réchauffer en autoclave. La restauration en salle représentait néanmoins la part la plus importante de notre activité quotidienne, avec deux restaurants dont un gastronomique.

 

Pourquoi avez-vous décidé de vous lancer dans la vente à emporter ?

Il y a plusieurs raisons. Tout d’abord, je désirais être solidaire envers ceux qui sont en première ligne. Je suis retourné en cuisine pour préparer des plats à destination des pompiers et du personnel soignant. Je n’en ai pas vraiment fait la promotion autour de moi, ce n’était pas le but. Je voulais juste aider. Certains clients souhaitaient, par ailleurs,  connaître la date de notre réouverture.. D’autres établissements, comme les McDonald’s par exemple, proposent de la vente à emporter et de la livraison. Je me suis dit “pourquoi pas nous ?”. Je suis quelqu’un de très actif, j’ai besoin de bouger et de mener de nouveaux projets. Alors, nous nous sommes lancés !

 

En quoi la vente à emporter est-elle différente de votre activité habituelle ?

C’était un peu compliqué au début, notamment pour s’approvisionner ou pour trouver des emballages. Mais au final nous nous sommes adaptés en modifiant notre carte  par exemple  En temps normal, je change les cartes de mes établissements deux fois par semaine, en fonction des produits que mes fournisseurs me proposent. Nous n’avons donc pas radicalement changé de manière de travailler sur ce point. 

 

Avez-vous établi un partenariat avec des plateformes de livraison ?

Les grosses plateformes de livraison à forte notoriété sont peu présentes dans ma région. En revanche, je me suis tourné vers une plateforme locale, et nouvelle dans les Vosges. Nous étions les troisièmes à nous y inscrire. Il ne s’agit pas d’une plateforme de livraison, mais d’un outil proposé aux clients pour passer commande dans un restaurant. Lorsqu’une commande est reçue, chaque établissement décide de la livrer ou de privilégier la vente à emporter. Une vraie liberté d’action offerte à chacun que j’apprécie !

 

Quels sont vos conseils pour ceux qui envisagent de démarrer  dans la vente à emporter ?

Mon conseil, ça serait de rester fidèle à soi même, et faire ce que l’on sait faire. C’est ça qui plaît aux clients. Si le plat est bon et que le prix est correct, ça marchera. Et bien sûr, adapter son plat à l’emballage que l’on utilise, pour que le client reçoive le plat tel qu’il a été imaginé et cuisiné.